La maman

pexels-photo-691034.jpeg

Le courage d’une peureuse

Je me suis souvent surprise à admirer les autres pour leurs capacités à passer à travers les épreuves avec beaucoup de dignité.  Ils me semblaient solides comme le roc, sans peur.  Je me disais qu’ils étaient beaucoup plus courageux que je ne l’avais jamais étée.

Il y a 14 mois et demi, j’ai mis au monde un magnifique petit garçon.  Je me suis concentrée sur ce changement dans ma vie et j’ai fait tout ce qu’il y avait à faire.  Je me suis complètement mise de côté, j’ai donné sans compter, parfois jusqu’à m’épuiser.  Je vous fais une confidence.  Il m’est arrivé de me demander: «Mais à quoi est-ce que j’ai pensé?  Je ne serai jamais capable d’y arriver.  J’ai un bébé «facile» et je rush comme une folle, comment elle font les autres mamans?!» Et puis je me suis roulée en boule et j’ai pleuré jusqu’à ce que mes yeux gonflent et deviennent trop secs pour pleurer encore. Quand j’avais fini, je me relevais et je retournais m’occuper de mon enfant.

 Je me suis relevée, une fois, 10 fois, 15 fois par nuit.  J’ai continué à faire ce qu’il faut faire en me disant que je n’avais pas le droit de lâcher et en en continuant de me questionner sur mes capacités à subvenir aux besoins de mon enfant de façon satisfaisante jusqu’à sa majorité, jusqu’à ce qu’il soit capable de se faire à manger, jusqu’à ce qu’il soit capable de se tenir seul, jusqu’à demain….

Et j’ai recommencé tous les jours.

Soudain, ça m’a frappée…

Les gens courageux ne sont pas dénués d’émotions.  Parfois on ne le soupçonne pas parce qu’ils souffrent en silence, ils ne pleurent peut-être pas mais se roulent en boule dans un coin de leur tête et attendent que la tempête passe.  Pendant ce temps, ils continuent de faire ce qu’il faut faire. Ils se lèvent tous les jours avec l’idée de passer au travers de la journée et d’arriver au soir avec le sentiment d’avoir fait de leur mieux, dans l’état qu’ils se trouvaient, avec les moyens dont ils disposaient et avec l’intention de recommencer le lendemain.
Alors, j’ai compris.  Pour être courageux, il faut sortir de sa zone de confort et être confronté à la peur et continuer à faire de son mieux.

Mon article, cet article, a été partagé plus de 1000 fois sur le blogue Je Materne.  Merci de continuer à le partager sur les réseaux sociaux, pour que je continue de croire que je ne suis pas seule. #iamamother #jesuisunemère


9 Lunes

Voici un poème que j’avais écris lorsque j’ai appris que j’étais enceinte au mois de mars 2016. Quand je le relis, j’ai l’impression que ça fait des lunes…
Here is a poem that I wrote when it became official that I was pregnant with my son (march 2016).  When I read it now, I feel like it was years ago…
Prélude
"Maman, je crois que j'ai avalé une poussière d'étoile; 
elle grandit en moi comme dans une terre fertile."


Je ne te connais pas que je t'aime déjà
Tu seras mon fils, tu seras ma fille
Tu seras ma foi, 
Tu seras partie toi, partie tes ancêtres.

Neuf lunes passeront quand:

Libre, tu viendras au monde 
Pour le transformer et l'éveiller
Aux possibilités infinies de l'amour

Légère comme l'air,
Solide comme le diamant, 
Ton âme t'habitera.

Elle te demandera souvent comment et où tu vas;
Tu lui répondras avec toute l'innocence de l'enfance.

J'écouterai cela, 
J'y répondrai sans arrogance.

Quand parfois tu cesseras d'écouter, 
Quand tu auras l'impression d'être livré à toi-même et de t'égarer,

Je serai ton ancre
Aux promesses que tu chérissais dans l'enfance.
Je serai présente pour t'appuyer.

Enfin, tu verras que la vie n'est qu'un voyage duquel il faut profiter.
Puisse ton itinéraire indomptable bifurquer,
Vers des imprévus qui auront tout à donner.

L'important reste la vérité.

Elle seule devrait te guider.

Rappelle-toi qu'elle apparaîtra seulement,
Au moment où tu cessera de t'accrocher à ce qui est terminé.

Je ne te connais pas que je t'aime déjà, 

Je te reconnaîtrai dès le premier instant que je te tiendrai dans mes bras,
Je te remémorerai toutes les vies ensuite.



Je t'aime, je t'attends.

Ta maman

P.S: Embrasse la santé, tu as déjà toute mon attention.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.