Semaine Nationale de la prévention du Suicide – Pars pas comme ça.


Cette semaine, j’ai revampé un article que j’avais publié pour cette même semaine en 2018. Je ne sais pas si t’es au courant mais au Québec, on est des champions du suicide. Pour une fois, être un champion n’est pas une fierté.

J’ai manqué le bateau pour la semaine nationale de la prévention du suicide (2 au 8 fév. 2020), mais c’est trop important pour que je garde l’article pour l’an prochain. Mettons que ça devient le mois de la prévention, ok? Alors, je t’invite à partager cet article parce que j’y donne des références et parce que je pense aborder le sujet différemment. En effet, je voulais que ça résonne pour les moins de 25 ans. Il y a un beau bouton qui te permet de faire cela, tout en bas du texte.

Pars pas comme ça. Sans un son, sans un bruit, sans une tentative ultime de crier à l’aide.

Je ne te connais pas, mais je prends quelques minutes pour t’écrire parce que je sais combien la vie te pèse en ce moment.  Ou peut-être que je te connais et qu’on en a jamais parlé.  Dans un cas comme dans l’autre, stp, j’aimerais que tu restes encore un petit peu.

Qu’est-ce qu’il y a, hein? Tu te trouves poche, ta blonde t’a laissé, t’a perdu ta job, tu bois, tu joues, t’es fou? Sais-tu au moins pourquoi tu veux faire ça? Est-ce que tu penses que tu as fait trop mal à quelqu’un pour mériter de vivre? Je ne sais pas, raconte-moi. Mettons, qu’on regarde le scénario catastrophe (tu es déjà prêt à mourir). Qu’est-ce que ça va te coûter d’en parler à quelqu’un? Tu penses que tu vas avoir trop honte, que la personne va tellement être enragée qu’elle va vouloir… te tuer? ou pire… elle ne saura pas quoi faire. Et là, tu vas avoir éteint la dernière lumière sur le chemin. Attends encore un peu.

Tu l’as probablement refoulé, tu préfères peut-être l’ignorer en ce moment parce que ta vie te mène ça dure mais; TU COMPTES POUR QUELQU’UN QUELQUE PART. Je te le dis avec conviction. Y’a quelqu’un, quelque part, qui voudrait bien avoir de tes nouvelles, qui voudrait que vous vous expliquiez, qui voudrait régler votre chicane ou qui se soucie beaucoup de ce que tu deviens.
Si tu penses que je me trompe, ose me dire ouvertement que tu ne comptes plus pour personne, plus assez pour rester.  Ose me crier dessus que je ne comprends jamais rien, que je suis aveugle, que je suis une une petite crisse d’égoïste qui parle juste d’elle ou ose pleurer en me disant que plus rien ne va.  Alerte-moi, svp.
Je ne peux absolument pas deviner que tu t’en vas là.  Je m’en voudrai longtemps de ne pas avoir vraiment posé la question : « Comment vas-tu? » et d’avoir réellement attendu que tu me répondes. Peut-être aussi je t’en voudrai à mort de ne pas m’avoir fait assez confiance pour m’en parler. Pis tu sais quoi? Je vais devoir vivre avec ça parce que tu ne seras plus là pour que je puisse te bouder ou te raccrocher au nez parce que je suis en maudit.
Tu es responsable de ta vie (ben oui!), mais pas nécessairement de tout ce qui te tombe dessus.  Je sais que tu penses avoir tout essayé mais, tsé, comme le dit le dicton « Deux têtes valent mieux qu’une ». C’est vrai en titi.  Si tu ne me dis pas que ça ne va pas, que ça revient tout le temps, que tu as des pensées noires, que tu as commencé de penser à ce qui pourrait ne pas trop te faire peur pour t’en aller loin d’ici, que tu as une date d’exécution… que tu as une « date » avec la mort; peut-être que j’ai rien remarqué pis que j’ai arrêté mon diagnostique à MAUVAISE PASSE. Peut-être aussi que ça ne paraît pas pentoute.

Quand on est pris dans cette spirale-là, c’est important de savoir qu’on ne voit plus clair et que notre corps ne travaille plus pour nous autres. Il y a toute une question d’échanges d’hormones au cerveau qui ne se font plus comme il faut. C’est pour ça qu’il faut que t’en parles à quelqu’un qui a les idées claires. On s’en fout presque d’à qui tu parles. En autant qu’il est assez réveillé pour t’amener voir ton doc, un psy ou un travailleur communautaire qui va savoir comment t’aider.

Fais un drame, parce que c’est est un! Il faut qu’on comprenne que t’as atteint ta limite, que tu capotes, que tu ne sais plus quoi faire. Le fait que tu veuilles t’enlever la vie, c’est triste à mort pis ça ne devrait pas arriver.
Disons que cela représente comment tu peux te sentir en ce moment.

Imagine maintenant que nous soyons 2, 4, 10 ou 1000 personnes à tirer sur cette corde.  Vois-tu où je veux en venir?  Ça allège, hein? Parler va avoir le même effet.  Tout dépend de combien ta roche est grosse à retenir pis à trainer, il va falloir que tu en parles 2, 4, 10 ou mille fois.  Il va falloir que tu t’accroches parce que tu si tu lâches la corde pis que tu t’en vas, ton départ va écrabouiller ceux pour qui tu comptes. Tu ne le sauras jamais, mais ils vont être en mille miettes, ils ne comprendront pas.

Le temps d’en parler

Cette semaine c’est la semaine de la prévention du suicide, j’ai pensé que c’était un bon moment pour t’en parler.  Tsé quoi, par exemple, n’importe quelle semaine de l’année va faire l’affaire. 

Pour ceux qui restent

On va aussi pouvoir t’aider si tu es quelqu’un qui survit au suicide d’un être cher. Pour ceux qui ne se sentent pas concernés, il faut simplement que vous sachiez que le suicide n’est pas un taboo et qu’il est 2,4,10 ou mille fois mieux de poser des questions directes sur les intentions de quelqu’un que de le laisser repartir sans avoir abordé le sujet.
Prévention suicide #ensemblecontrelesuicide #suicideawareness #suicideprevention

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.